Retour

2 – Télomères : L’espérance de vie au bout de nos chromosomes

Imprimer cet article

" alt="photo hero">
image de fond

Vous buvez trop de sodas ? Vous manquez d’exercice physique ? Vos nuits sont trop courtes ? Attention, vous êtes peut-être en train de raccourcir vos télomères… et votre espérance de vie.

Les télomères sont des petits morceaux d’ADN qui forment des capuchons protecteurs, recouvrant l’extrémité de nos chromosomes… Depuis leur découverte, dans les années 1980, ils passionnent autant les chercheurs que le public.
La biologiste américaine Elisabeth Blackburn a même reçu le prix Nobel de médecine en 2009 pour ses travaux sur ces objets de fascination.

Ils contiendraient, peut-être pas le secret de l’éternelle jeunesse, mais celui de la longévité. Et pour cause : leur raccourcissement est synonyme de vieillissement.

 

La taille des télomères diminue au fur et à mesure que l’on avance en âge
Pr Gérard Friedlander

« La taille des télomères diminue au fur et à mesure que l’on avance en âge : si les télomères raccourcissent vite, vous vieillissez plus vite. C’est si vrai que l’on peut, en partie, calculer votre âge biologique en mesurant la taille des télomères. Si vous avez des télomères très longs, vous êtes alors plus jeune dans vos cellules que sur votre carte d’identité », affirme le Pr Gérard Friedlander, physiologiste, doyen de la Faculté de médecine de l’Université de Paris..

La télomérase

Pour vivre plus longtemps, est-il alors possible de maintenir la taille des télomères, voire les rallonger ?
Certains proposent d’utiliser une enzyme appelée télomérase, qui maintient l’intégrité des télomères. Mais ce n’est pas si simple.

Selon Elizabeth Blackburn, vouloir rallonger ses télomères par des médicaments activateurs de la télomérase n’est pas à conseiller. Stimuler cette enzyme pourrait provoquer des cancers… A l’opposé du but recherché !

La gestion du stress et l’exercice physique jouent un rôle majeur dans la façon dont les télomères raccourcissent 
Pr Friedlander.

Mais il existe une autre solution.

« Récemment on a montré qu’une alimentation équilibrée, la gestion du stress et l’exercice physique jouent un rôle majeur dans la façon dont les télomères raccourcissent : si vous mangez mieux, si vous faites du sport, si vous êtes moins stressé, si vous avez une hygiène de vie sans toxiques, vos télomères seront préservés », explique le Pr Friedlander.

On a même pu établir qu’une personne, qui adopte une alimentation saine et pratique une activité physique après un cancer, voit ses télomères raccourcir moins vite. De là à affirmer qu’elle les rallonge, il y a une étape qu’on ne peut pas encore franchir. Stabiliser leur taille, c’est déjà un pas en avant.

« Le stade suivant consistera à fabriquer le médicament miracle pour faire repousser les télomères ! Certes, nous ne l’avons pas aujourd’hui. Mais c’est une voie de recherche très active : on sait modifier l’activité de certaines enzymes, alors pourquoi n’y arriverait-on pas un jour avec la télomérase? Ce sera peut-être l’une des stratégies thérapeutiques dans certains cancers. Et le premier qui va trouver ce médicament, je lui prédis un bel avenir ! », s’enthousiasme le Pr Friedlander.

En attendant, misons sur nous-mêmes : évitons les excès nuisibles en tous genres ! Un exemple : une étude américaine a révélé que les gros consommateurs de sodas avaient des télomères plus courts. Les fumeurs, les sédentaires ont le même problème… Pour l’instant le médicament miracle pour maintenir la taille de nos télomères, c’est notre mode de vie. Le plus sain possible !