Retour

Reprogrammer les cellules pour rajeunir : un pari d’avenir ?

Imprimer cet article

" alt="photo hero">

En 2012, Shinya Yamanaka de l’université de Tokyo remportait le prix Nobel pour sa découverte de facteurs cellulaires capables de reprogrammer n’importe quelle cellule en cellule souche : ils sont appelés aujourd’hui  « facteurs Yamanaka ». Cette découverte revient aujourd’hui en force dans le domaine de la recherche sur le vieillissement.

 

En effet, faire exprimer les « facteurs Yamanaka » aux cellules pourrait rajeunir et réparer l’organisme. Chez le rongeur, la technologie a fait ses preuves en réduisant l’âge biologique des yeux, des muscles et d’autres tissus. Ces résultats ont donné le top départ à la course pour une application de la reprogrammation cellulaire à l’Homme, avec la création de nombreuses start-ups et des investissements de plusieurs milliards de dollars.

 

Pourtant, la prudence est de mise. Pour certains scientifiques, la technologie pourrait ne pas trouver d’applications cliniques chez l’Homme. Car malgré ces résultats impressionnants, les « facteurs de Yamanaka » ont plusieurs défauts : leur expression continue tue les souris et les cellules reprogrammées risquent de se transformer en cellules cancéreuses et de former une tumeur.

 

Cependant, le domaine de la reprogrammation cellulaire pour lutter contre le vieillissement est actif et des alternatives aux « facteurs de Yamanaka » sont déjà à l’étude ! Si ces derniers se sont pas forcément la solution, le domaine de la reprogrammation cellulaire dans la lutte contre l’âge a de l’avenir et devrait ouvrir la voie à de belles découvertes.

 

 

Eisenstein, M. Rejuvenation by controlled reprogramming is the latest gambit in anti-aging. Nat. Biotechnol. (2022) doi:10.1038/d41587-022-00002-4.