Retour

La polypill : théorie séduisante, résultats décevants

Imprimer cet article

" alt="photo hero">

Points clefs :

  • Pleine de promesses, la polypill propose de réduire de 80% les risques de maladies cardiovasculaires à l’aide d’un seul comprimé pris au long court.
  • En pratique, la prévention par polypill n’a pas encore fait ses preuves scientifiquement et les résultats des essais cliniques sont peu concluants.
  • Même s’ils sont rares, des effets secondaires peuvent survenir en raison des médicaments qui composent la polypill. Par ailleurs, son usage peut encourager les comportements à risques..

Le terme polypill pour poly pilule désigne un concept théorisé en 2003 par Wald et Law qui permettrait d’éviter plus de 80% des maladies cardiovasculaires, qui sont la première cause de mortalité dans le monde. Si la promesse est séduisante, les résultats eux sont loin de l’être. Mais dans le détail, qu’est-ce que la polypill, ses fondements, ses résultats et ses effets secondaires ?

 

Fondements théoriques et composition de la polypill

La polypill est une stratégie de prévention primaire des maladies cardiovasculaires qui cible les facteurs de risques majeurs de celles-ci, à savoir l’hypertension artérielle et l’hypercholestérolémie. L’idée étant de maintenir ces deux paramètres dans des valeurs normales, voire en dessous de ces dernières, pour éviter la survenue de pathologies. Les inventeurs du concept supposent qu’une exposition la plus courte possible aux facteurs de risques est souhaitable. Le bien-fondé de la polypill s’appuie donc sur des arguments épidémiologiques et sur une théorie plausible.

Comme l’hypertension et l’hypercholestérolémie augmentent avec le temps, l’âge du patient est une donnée importante pour l’utilisation de la polypill. Celle-ci est surtout conseillée par ses défenseurs aux personnes de plus de 55 ans en prévention primaire et indépendamment des autres facteurs de risque individuels des sujets. Il s’agit d’une stratégie de masse, fondée sur la prise médicamenteuse quotidienne d’une association fixe de médicaments.

Concernant sa composition, la polypill comprend dans un comprimé unique, au moins trois antihypertenseurs à faible dose, une statine et de l’aspirine. Cependant, la composition n’est pas standard et il existe en réalité plusieurs polypills : 9 étaient disponibles en 2017 à des fins de recherche ou pour un usage clinique. Certaines de ces pilules étaient proposées en plusieurs posologies. Ces constatations sont surprenantes, sachant que le traitement se veut standard : cela rend difficile la généralisation des résultats observés.

 

Résultats de la polypill

La polypill se veut être une stratégie de masse en prévention primaire cardiovasculaire avec une haute efficacité. Néanmoins, à ce jour, il n’est toujours pas scientifiquement démontré qu’elle remplisse ses objectifs. Les études disponibles ne sont pas toutes aussi rigoureuses, les effets sont variables d’une étude à l’autre et plusieurs revues se montrent sceptiques sur le sujet.

L’essai clinique HOPE 3 en 2019 ne permet pas de conclure. Bien que l’on constate moins d’incidents cardiovasculaires après 60 mois dans le groupe polypill (5,9%) que dans le groupe contrôle (8,8%), l’essai avait aussi inclus un certain nombre de sujets disposant de moyens de préventions supplémentaires, ce qui rend difficile la conclusion.

L’essai TIPS 3 de 2021 fournit des résultats récents. Après un suivi de près de cinq ans, la comparaison polypill sans aspirine ou de l’aspirine seule avec le placebo ne montre aucune différence statistiquement significative. En revanche, l’association polypill + aspirine se révèle plus efficace que le placebo seul. Cependant, plusieurs essais robustes (ARRIVE, ASCEND et ASPREE), menés en 2018 ont montré un rôle défavorable de l’aspirine en prévention primaire chez certaines personnes. Il faut donc prendre les résultats avec des précautions. Dans tous les cas, l’effet observé reste très loin des promesses initiales, autrement dit 80 % de réduction d’incidents cardiovasculaires.

Enfin, on ne dispose toujours pas de données sur l’effet préventif de la polypill sur les AVC (accidents vasculaires cérébraux).

Les concepteurs de la polypill avancent l’idée que ce comprimé unique permettrait une meilleure observance de la part de la population. Néanmoins, d’une étude à l’autre, les résultats sont hétérogènes voire contradictoires en termes d’observance. Par ailleurs, de manière générale, suivre un traitement préventif suppose d’avoir une bonne perception des risques, ce qui n’est pas toujours le cas dans la population générale.

En somme, à ce jour, la polypill n’a pas réussi à faire réellement la preuve de son efficacité dans la prévention des accidents cardiovasculaires et le peu de résultats allant dans ce sens sont, soit marginaux, soit à prendre avec recul.

 

Inconvénients de la polypill

L’un des inconvénients réside dans le risque de surdosage : dans les cas où une affection justifierait la prescription à pleine dose d’une des molécules déjà présentes dans la polypill, surtout dans la population cible, donc âgée, plus susceptible de faire des infections. Par ailleurs, la prise de la polypill pourrait procurer à ses utilisateurs l’illusion de la sécurité et encourager les comportements à risques, alimentaires notamment. Enfin, on peut craindre que les doses de médicaments utilisés dans la polypill soient trop faibles pour être efficaces sans pour autant prémunir d’éventuels effets secondaires de cette pilule.

Le mot de la fin

En somme, bien que prometteuse, la polypill n’a pas encore fait la preuve de son efficacité. Comme il s’agit d’un traitement sur plusieurs années de sujets asymptomatiques, sa composition n’est pas sans inquiéter, notamment en raison de la présence d’aspirine et des risques de saignements associés. Pour ses détracteurs, la polypill reste aujourd’hui un traitement inutile exposant à des effets indésirables, même s’ils sont rares. Pour ses défenseurs, elle pourrait bénéficier aux individus ayant effectués des analyses biologiques et génétiques. La polypill aurait donc peut être de l’avenir comme traitement personnalisé, sur mesure, plus que comme traitement à grande échelle dans la population générale.

 

Références

 

  1. Sommes-nous prêts à prescrire une polypill à nos patients ? Revue Medicale Suisse https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2012/revue-medicale-suisse-360/sommes-nous-prets-a-prescrire-une-polypill-a-nos-patients.
  2. www.unitheque.com. Associations thérapeutiques fixes. Unithèque https://www.unitheque.com/associations-therapeutiques-fixes/scientifiques-l-et-c/Livre/57290.
  3. Franczyk, B. et al. Embracing the polypill as a cardiovascular therapeutic: is this the best strategy? Expert Opin. Pharmacother. 19, 1857–1865 (2018).
  4. Pour une utilisation optimale des associations fixes de médicaments. Recommandations de prescription – Académie nationale de médecine | Une institution dans son temps. https://www.academie-medecine.fr/pour-une-utilisation-optimale-des-associations-fixes-de-medicaments-recommandations-de-prescription/.
  5. Baumgartner, A., Drame, K., Geutjens, S. & Airaksinen, M. Does the Polypill Improve Patient Adherence Compared to Its Individual Formulations? A Systematic Review. Pharmaceutics 12, E190 (2020).
  6. Ibraheem, M. & Goldstein, L. B. Polypill Trials for Stroke Prevention-Main Results, Critical Appraisal, and Implications for US Population. Curr. Neurol. Neurosci. Rep. 20, 10 (2020).
  7. Pais, P. et al. Impact of blood pressure lowering, cholesterol lowering and their combination in Asians and non-Asians in those without cardiovascular disease: an analysis of the HOPE 3 study. Eur. J. Prev. Cardiol. 26, 681–697 (2019).
  8. de Cates, A. N. et al. Fixed-dose combination therapy for the prevention of cardiovascular disease. Cochrane Database Syst. Rev. CD009868 (2014) doi:10.1002/14651858.CD009868.pub2.
  9. Bahiru, E. et al. Fixed-dose combination therapy for the prevention of atherosclerotic cardiovascular diseases. Cochrane Database Syst. Rev. 3, CD009868 (2017).
  10. Teo, K. K. & Liang, Y. Polypill: lights and shadows. Curr. Hypertens. Rep. 12, 276–281 (2010).
  11. Carey, K. M., Comee, M. R., Donovan, J. L. & Kanaan, A. O. A polypill for all? Critical review of the polypill literature for primary prevention of cardiovascular disease and stroke. Ann. Pharmacother. 46, 688–695 (2012).
  12. Yusuf, S. et al. Polypill with or without Aspirin in Persons without Cardiovascular Disease. N. Engl. J. Med. 384, 216–228 (2021).
  13. Roshandel, G. et al. Effectiveness of polypill for primary and secondary prevention of cardiovascular diseases (PolyIran): a pragmatic, cluster-randomised trial. The Lancet 394, 672–683 (2019).
  14. Roy, A., Naik, N. & Srinath Reddy, K. Strengths and Limitations of Using the Polypill in Cardiovascular Prevention. Curr. Cardiol. Rep. 19, 45 (2017).
  15. Bramlage, P., Sims, H., Minguet, J. & Ferrero, C. The polypill: An effective approach to increasing adherence and reducing cardiovascular event risk. Eur. J. Prev. Cardiol. 24, 297–310 (2017).
  16. Pike, H. Power of one: what is holding polypills back? The Pharmaceutical Journal https://pharmaceutical-journal.com/article/feature/power-of-one-what-is-holding-polypills-back.
  17. Wald, N. J. & Law, M. R. A strategy to reduce cardiovascular disease by more than 80%. BMJ 326, 1419 (2003).
  18. Law, M. Le concept de polypill. in La prévention du risque en médecine : D’une approche populationnelle à une approche personnalisée (ed. Corvol, P.) (Collège de France, 2013).