Retour

Hormone de croissance, le faux-ami de la longévité ?

Imprimer cet article

" alt="photo hero">
Cette hormone a un rôle « pro-vieillissement »

Considérée par certains comme une solution pour compenser les effets du vieillissement, l’hormone de croissance (ou GH) est parfois prescrite aux Etats-Unis aux personnes âgées. En France, son utilisation comme anti-âge n’a jamais été approuvée mais elle est parfois détournée de son usage thérapeutique. Pourtant, derrière la promesse de longévité, cette hormone pourrait nuire à votre durée de vie.

 

Dans un article, deux chercheurs américains se sont penchés sur les données disponibles chez la souris : ils ont examiné, chez ces animaux, les liens entre la GH et le vieillissement. Objectif : en tirer des enseignements pour estimer les effets de cette hormone sur l’Homme.

 

Leurs conclusions sont sans appel : la GH est un régulateur majeur du vieillissement et de la longévité chez les mammifères… mais dans le mauvais sens ! En effet, un déficit ou une résistance à l’hormone de croissance est associée à une durée de vie plus longue et en meilleure santé chez les rongeurs. Ce n’est donc pas ce qu’on attendait. Comment l’expliquer ? Cette hormone a un rôle « pro-vieillissement », notamment en provoquant de l’oxydation et des dommages sur l’ADN.

 

Cette étude souligne que, chez l’Homme, l’impact de la GH sur la longévité est plus subtil : les individus qui possèdent un taux bas de cette hormone présentent une protection importante contre plusieurs maladies chroniques liées à l’âge.

 

Au fond, loin d’être une solution miracle, les thérapies anti-âges basées sur l’hormone de croissance semblent aggraver le problème plus qu’elles ne le résolvent. Attention à ne pas tomber dans ce piège !

 

 

Bartke, A. & Brown-Borg, H. Mutations Affecting Mammalian Aging: GH and GHR vs IGF-1 and Insulin. Front. Genet. 12, (2021).