Retour

Et si la méditation protégeait du vieillissement cérébral ?

Imprimer cet article

" alt="photo hero">

La prévention contre la maladie d’Alzheimer ne cible que rarement les facteurs de risques liés à la dépression, au stress, à l’anxiété et au sentiment de solitude, qui sont pourtant tous exacerbés avec le vieillissement. Plusieurs études suggèrent que la pratique de la méditation pourrait permettre de lutter contre ces troubles et donc participer à prévenir cette pathologie.

 

Mais qu’en est -il réellement ?

 

La méditation en pleine conscience, la plus pratiquée, apprend à contrôler ses actions ou ses émotions et diminue la survenue des pensées négatives et des ruminations. La méditation de bienveillance cultive le soin de soi et des autres, et favorise la pensée positive, le bien-être et la sociabilité. Ces deux techniques sont bénéfiques puisqu’elles encouragent la stimulation cognitive et les interactions sociales. Elles réduisent dépression, stress chronique, anxiété, troubles du sommeil, déclin cognitif et démence, qui sont des situations accompagnant fréquemment le vieillissement.

 

Avec la pratique d’activités méditatives, on observe, par imagerie médicale, une stimulation et un épaississement de certaines régions du cerveau qui en temps normal voient leur volume diminuer au cours du vieillissement.

 

Ces résultats sont encourageants et un projet européen (Medit-Ageing) est actuellement en cours pour évaluer l’impact et la compréhension du rôle de la méditation, chez les seniors. Les résultats de ce travail devraient permettre d’en apprendre davantage sur le bénéfice de la méditation sur la prévention du vieillissement cérébral.

 

Lutz, A. et al. The protective effect of mindfulness and compassion meditation practices on ageing: Hypotheses, models and experimental implementation. Ageing Res. Rev. 72, 101495 (2021).